mardi 29 septembre 2015

Y a-t-il un bretonnant dans la salle ?

Il est rare que nous revenions de nos balades sylvestres sans un « petit quelque chose » dans notre besace, dans notre tête et notre cœur.



Cette fois-ci, il s’agit de messages posés sur des arbres, en forêt du Cranou (Finistère).

Nous avons juste un petit problème pour en comprendre le sens :

Le premier :



Gout'ra an teod livan gevier
Se ne c'hall ket al lagad ober
Chom dilavar ha sel ouzhin
Neuze da sonjoû a ouezin

Pour lequel, avec l’aide d’amis, de la famille nous avons pu traduire ainsi (à confirmer) :

Si les mots ne peuvent mentir
Le regard ne peut pas
Si tu comprends mon silence
Alors tu comprendras ma pensée

Quand au second ??? 



Graet em eus an dreizhadenn
Aner eo klask pelec’h emaon
O kantren emaon da viken
Atre ar Menez hag an Aon


si quelqu’un pouvait nous aider ??

Merci d’avance


6 commentaires:

Claudine Le Bagousse a dit…

Coucou , contente de te retrouver
Je ne pourrais pas t'aider , j'ai partager ton article avec Le Vaillant , qui semble bien connaitre le breton
Peut être auras tu une réponse rapide
Bises Sharron

L MARIANNE a dit…

J'ai fait le parcours

Inutile est recherche où Je suis

Je suis en train de vagabonder pour toujours

*Atre Ar Menez et la Peur

voilà une traduction d'un site traduction breton-
bonne chance- bisous !

Bernard Cauvin a dit…

Hélas, je ne serai d'aucun secours, pas même en anglais.
Belel photos du sous bois.
Bonne soirée
@mitié

Franchouette a dit…

Si ma Grand-Mère et Maman nous avaient appris le breton...
Quand elles parlaient en breton devant nous, ou bien elles parlaient de nous, ou bien c'étaient des conversations de "grands" que nous ne devions pas comprendre.
J'aime bien la traduction trouvée par LadyMarianne.
Bises à vous deux de nous deux ^!^

Christophe a dit…

Allez, j'ai fait un petit effort
C'est pas grâce à ma connaissance du catalan !
Voilà ce que j'ai pu trouver et traduire :

J'AI FAIT LA TRAVERSEE
MAIS SANS SUCCES
DEPUIS J'ERRE TOUJOURS
ENTRE LES MONTAGNES NOIRES, DANS LA CRAINTE

Tu me diras ce que t'en pense, mais ça n'a pas l"air
trop loin de ce qu'a trouvé L.MARIANNE

De la part de "Un coup ça braille, un coup ça braille pas" (Tu comprendras !)

Fulup a dit…

Demat deoc'h/Bonjour,

La traduction du deuxième poème est :

Graet em eus an dreizhadenn
Aner eo klask pelec’h emaon
O kantren emaon da viken
Etre ar Menez hag an Aon

J'ai effectué la traversée
Il est inutile de chercher à savoir où je me trouve
Je vagabonde à jamais
Entre la montagne et la peur
(Aon signifie peur mais ici il peut aussi avoir un jeu de mot avec la Stêr-Aon, le nom de la rivière Aulne en breton, le sens serait alors je vagabonde à jamais entre la montagne, c'est à dire les monts d'Arré, et la rivière de l'Aulne).

Le premier texte n'a pas été bien traduit non plus :

Goût 'ra an teod livan gevier
Se ne c'hall ket al lagad ober
Chom dilavar ha sell ouzhin
Neuze da sonjoû a ouezin

La langue sait débiter des mensonges
Quelque chose que l'oeil ne sait pas faire
Ne parle pas et regarde moi
Alors je connaîtrai tes pensées