mardi 26 mai 2015

L'allée couverte du Dievet

Il y a longtemps que je n'avais évoqué dolmens, menhirs ou autres pierres.

Notre petite virée du week-end nous a emmenés du côté de Plounéour-Tres (Finistère), où nous avons pu découvrir ce magnifique ensemble que représente l'allée couverte du Dievet.

Il fut observé dès le début du XIXème par le Chevalier de Fréminville, qui en précisant sa forme plutôt carrée, donne les dimensions de la table, relativement impressionnantes : 4.55 m x 2.27 pour une épaisseur de 0.80 m. Il parle également de pierres plantées qui "ne supportent rien", mais qui pourraient servir "d'avenue" au dolmen. Quelques décennies plus tard, les plans réalisés du monument montrent que deux voire trois des pierres ont disparu.


Dans son état actuel, l'ensemble ne mesure plus que 10,50 m de long pour une largeur maximale de 1,50 m. Il est composé de 12 orthostates organisés en deux lignes parallèles et de la dalle de couverture qui repose sur 4 piliers.



En 1934, C. Guénin rapporte une tradition se rapportant à l'allée : A 400 m au nord-est du bourg, près de la Grève de l'Enchanteur, il y avait autrefois une allée couverture d'au mins 11 a 12 m de long. Il n'en reste que 5 piliers soutenant une énorme table. Quand on voulut détruite le monument, les ouvriers virent les pierres abattues se relever, et l'on n'osa plus toucher au reste de la chambre. 
Cette petite histoire, raconté en 1911 est également évoqué en 1985 par P. Sébillot, mais l'auteur la rapporte à un cromlech.




(infos recueillies dans l'ouvrage "Les mégalithes de l'arrondissement de Brest - Y. SPARFEL et Y. PAILLER)


lundi 25 mai 2015

Brume de mer

Je n'avais jamais vu ce "phénomène" et je dois avouer que c'est assez impressionnant.

Alors que nous nous baladions tranquillement sur une plage du côté du Goulven (Finistère), nous avons pu assister à la transformation du paysage, par l'arrivée d'une brume de mer (ou stratus maritime).














Phénomène assez courant, parait-il en Bretagne, la brume de mer apparaît souvent par un temps ensoleillé. A un moment donné, un contraste entre les masses d'air chaud et froid se produit et des stratus se forment . Ils arrivent de nulle part et apparaissent sur place. Ils sont très fins, de l'ordre de 100 à 200 mètres d'épaisseur. Ils disparaissent aussi vite qu'ils sont apparus...

En tous les cas, c'est impressionnant... et quelque peu fantasmagorique....